Faisant face aux Pyrénées, perché à 250 m d'altitude, et encerclé par les eaux de l'Adour et de l'Arros, notre village se tient là depuis des siècles, témoin du temps qui passe...

Commune rurale, héritière d'un passé riche, elle ne compte plus aujourd'hui que 273 habitants, mais elle a su s'intégrer et continuer de vivre, en mutualisant ses moyens avec les 29 autres villages de la Communauté de Communes "Bastides et Vallons du Gers", dont fait également partie la voisine, Marciac, célèbre pour son festival de Jazz...

Du fait de sa situation géographique, elle retrouve depuis peu une position centrale au sein de la fédération des  communautés de commune du Pays de Val d'Adour.

Pour ces raisons, nous avons décidé de lui créer un espace dédié sur la toile :

un espace à l'usage de ses habitants, ou bien des petits curieux qui voudraient bien s'y rendre...

et une façon d'inscrire notre commune dans  l'avenir !

Bonne visite !


Le contenu Google Maps ne s'affiche pas en raison de vos paramètres des cookies actuels. Cliquez sur la politique d'utilisation des cookies (Fonctionnels) pour accepter la politique d'utilisation des cookies de Google Maps et visualiser le contenu. Pour plus d'informations, consultez la politique de confidentialité de Google Maps.

Voici ce qu'écrivait l'Abbé Joachim Gaubin, en 1882, au sujet de notre village. Nous espérons que cette lecture éveillera votre curiosité et vous donnera envie de venir flâner sur ses chemins !

 

"Mais quelle est cette colline verdoyante qu’on aperçoit en face, dans la direction du sud-ouest, et qui s’avance comme un promontoire dominant la plaine où se réunissent la rivière de l’Arros et le fleuve Adour ? Quel est ce coteau, tout planté de vignes, au vin généreux, qui  servent de vêtement et de parure à ce petit hameau perché au sommet, comme un nid d’aigle, avec ses vieilles ruines, son église antique et son clocher, ses manoirs rajeunis, cette tour dont l’élégante petite coupole paraît comme noyée dans une touffe d’arbres ? Les gracieux villages de Saint-Aunix-Lengros, de Saint-Laurent, de Saint-André, parent merveilleusement le pied de la colline ; et sur le coteau est assis ce petit bourg de nos jours, que les mémoires d'anciens et la tradition locale ont désigné, depuis plus de 500 ans, sous le nom de Ville de La Devèze."